Chirurgie Spécialisée du Genou à Toulouse

CHIRURGIE  SPECIALISEE  DU  GENOU
CHIRURGIE  SPECIALISEE  DU  GENOU
CHIRURGIE  SPECIALISEE
DU  GENOU
CHIRURGIE
SPECIALISEE
DU  GENOU
Aller au contenu

Menu principal :

Ligaments / Entorses


Anatomie des Ligaments du Genou


 
Le genou est une articulation portante avec 2 condyles fémoraux convexes reposant sur 2 glènes tibiales sans congruence entre eux. L’appareil capsulo-ligamentaire et méniscal joue un rôle important : il permet à l’articulation de rester stable.
Les muscles complètent la stabilité avec en particulier le système extenseur et la rotule.
 
L'appareil capsulo-ligamentaire est très complexe.
Il limite les mouvements de latéralité (vers l’intérieur ou l’extérieur) et les mouvements de tiroir (vers l’avant ou vers l’arrière).
Il travaille en synergie avec les surfaces articulaires et méniscales pour permettre une grande mobilité (en flexion et rotation), tout en garantissant une bonne stabilité, bien que ces 2 facteurs -mobilité et stabilité- puissent de prime abord sembler un peu antagonistes.
 
Les 4 ligaments les plus importants du genou sont :
- le Ligament Latéral Interne (LLI), appelé également Ligament Collatéral Médial
- le Ligament Latéral Externe (LLE), appelé également Ligament Collatéral Latéral
- le Ligament Croisé Antérieur (LCA)
- le Ligament croisé Postérieur (LCP).

 
Les entorses du genou correspondent à des blessures de ces ligaments.
Les entorses, qui sont de gravité variable car pouvant aller d’une simple distension à une rupture complète de ces ligaments du genou, altèrent la stabilité de l'articulation.

 
On parle d’entorse bénigne lorsqu’ un des ligaments collatéraux présente une élongation c’est-à-dire un étirement de ses fibres sans rupture.

Les entorses de gravité moyenne correspondent à une rupture d’un des  ligaments collatéraux. Il existe à ce stade une laxité du genou qui est retrouvée à l’examen clinique.

Les entorses graves correspondent à une rupture d’un ou des deux ligaments croisés, lésion(s) plus ou moins associée(s) à une lésion des ligaments collatéraux.






LCA LCP LLI LLE

Les principaux ligaments du genou




Visualisation 3D des ligaments du genou
Visualisation 3D
des Ligaments du Genou



Vue externe en 3D d'un Genou en mouvement

Vue externe en 3D
d'un Genou en mouvement



Visualisation en 3D des Ligaments Croisés Antérieur et Postérieur ( Pivot Central du genou )

Visualisation en 3D des Ligaments Croisés
Antérieur et Postérieur
( Pivot Central du genou )


Vue interne en 3D d'un Genou en mouvement

Vue interne en 3D
d'un Genou en mouvement




Pour en savoir davantage :
 
 
Anatomie et Physiologie des Ligaments du Genou
 

 
- Le ligament croisé antérieur s'insère sur la face interne du condyle externe et sur la surface pré spinale du tibia.
 
- Le ligament croisé postérieur est plus gros, il s'insère sur la face externe du condyle interne, en avant de l'échancrure et il s'insère en arrière sur le tibia, sur la surface rétro spinale.

- Le plan ligamentaire interne est constitué du LLI profond et du LLI superficiel avec, en arrière, le point d'angle postéro-interne (PAPI), qui est un renforcement capsulaire avec des fibres du tendon du semi membranosus. Le ménisque interne est accolé à toute cette capsule par son mur.

- Le plan ligamentaire externe est constitué par le LLE, qui va du condyle externe à la tête du péroné. Le point d'angle postéro-externe (PAPE) est une zone de renforcement capsulaire où arrivent des fibres des tendons du poplité (ligament poplité arqué) et du biceps. La corne postérieure du ménisque externe est attachée par les ligaments de Wriberg et de Humphrey.

- La bandelette ilio-tibiale de Maissiat (ou tractus ilio-tibial, ou fascia lata) s'insère sur le tubercule de Gerdy et elle renforce la capsule antérieure et externe.

- La capsule articulaire manchonne complètement le genou et elle est très épaisse en arrière, où elle forme les coques derrière les condyles.

 
Le contrôle de la stabilité antérieure du genou est dû au LCA, qui est le premier ligament à se rompre lors des sollicitations brutales postéro-antérieures.
Les cornes méniscales sont sollicitées ensuite. Le quadriceps, quand il se contracte, prend appui sur la tubérosité tibiale et sollicite le LCA, il exagère donc le tiroir, quand le LCA est rompu. La contraction des ischio-jambiers, au contraire, stabilise le tibia en arrière. Les mouvements anormaux qui résultent de cette translation mal contrôlée, entraînent des lésions secondaires des ménisques et des cartilages, par cisaillement.

Le contrôle de la stabilité postérieure du genou est dû au LCP. Il se rompt dans les traumatismes antéro-postérieurs en flexion. Il apparaît alors un tiroir postérieur de 10 mm, au moins.
Au voisinage de l'extension, les coques postérieures se tendent (et empêchent l'hyperextension), mais en flexion, elles sont détendues et permettent la rotation.

Le contrôle de la stabilité latérale du genou est dû au LLI, quand le genou est contraint en valgus, et au LLE, quand le traumatisme déforme le genou en varus.
Le PAPI et le PAPE sont sollicités dans les mouvements de rotation.

Retourner au contenu | Retourner au menu